La séparation des précipités solides et liquides permet également de prévenir efficacement la principale cause de formation d’odeurs. En effet, les odeurs désagréables se produisent le plus souvent lorsque l’urine et les fèces sont mélangées. La teneur en humidité du mélange sera ainsi élevée, ce qui a un effet catalyseur sur la formation d’odeurs. En outre, l’ammoniac, qui est responsable de la majorité des odeurs désagréables, se forme au cours des processus de décomposition et de pourriture des excréments mélangés. Afin de prévenir systématiquement l’apparition d’odeurs, il est recommandé d’installer un système d’évacuation d’air électrique. Afin d’éviter en permanence les odeurs, il est recommandé d’installer un système d’évacuation d’air électrique qui canalisera les odeurs et l’humidité résiduelles vers l’extérieur par un conduit d’évacuation. Le conduit d’évacuation d’air est installé soit verticalement à une hauteur d’environ deux mètres, de sorte que les zones environnantes ne soient pas perturbées par les odeurs, soit horizontalement directement à travers le mur extérieur, à condition qu’il n’y ait pas de zones publiques directement derrière lui. Un système d’évacuation d’air efficace empêche complètement les odeurs résiduelles de s’échapper de la toilette à séparation et est plus pratique qu’une toilette classique à cet égard.

Accessoires, élimination et nettoyage

Dès que la toilette sèche avec système de séparation est prête à l’emploi, en plus de la litière qui lie les fèces, il suffit d’incruster le conteneur de matières solides pour éliminer proprement son contenu. En fonction de la méthode d’élimination, on peut utiliser des incrustations en plastique ou en matériau biodégradable, comme l’amidon de maïs, qui seront ensuite jetées dans un composteur, avec son contenu. Il convient toutefois de noter que les incrustations compostables ont une durée de vie limitée et, comme les solides eux-mêmes, se décomposent à terme, c’est pourquoi il est conseillé de les changer chaque semaine. En revanche, les incrustations en plastique ont une durée de vie illimitée et conviennent donc particulièrement bien pour les intervalles plus longs entre les éliminations, ce qui peut être obtenu avec des toilettes à séparation équipées d’un système d’évacuation électrique. En outre, l’utilisation d’incrustations en plastique n’exclut pas le compostage des déchets des toilettes, car ceux-ci sont beaucoup plus secs qu’on pourrait le penser. Dans ce cas, les incrustations et les solides peuvent facilement être éliminés séparément, ce qui réduit au minimum le nettoyage du conteneur de solides, car les précipités n’entrent jamais en contact direct avec lui. Après avoir retiré les incrustations, la propreté et l’hygiène du conteneur de solides peuvent être restaurées rapidement et facilement en l’essuyant de temps en temps avec un chiffon humide.

Élimination des précipités dans les toilettes sèches avec système de séparation

L’élimination des précipités dans les toilettes sèches avec système de séparation ne pose aucun problème et ne nécessite que quelques étapes, mais elle doit parfois être effectuée conformément aux directives officielles. L’urine peut être soit diluée avec de l’eau (rapport 1:8) et utilisée comme engrais, soit éliminée dans des toilettes reliées au réseau d’égouts principal. Les excréments solides peuvent être éliminés – comme les couches – dans les ordures ménagères s’ils sont conservés dans des incrustations en plastique, ou dans la poubelle à déchets organiques si des sacs appropriés sont utilisés. Il est toutefois important de se renseigner auprès des autorités locales sur les méthodes d’élimination appropriées. Parfois, les incrustations compostables peuvent poser des problèmes dans les stations d’élimination régionales ou les usines de biogaz, c’est pourquoi ce type d’élimination est interdit dans de nombreuses collectivités. C’est pourquoi il est souvent recommandé de procéder au compostage décentralisé des biomatériaux dans son propre jardin, qui respecte également le cycle naturel de ces matériaux. Dans tous les cas, il convient de s’informer au préalable auprès des autorités locales sur la méthode d’élimination prévue.